Grande importance du marché flotte en Suisse

Le commerce des flottes n’est pas populaire du point de vue des fabricants et des importateurs, car avec les soi-disant flottes, vous pouvez générer du volume, mais vous devez renoncer aux marges. Plus la flotte est grande, plus la remise qui doit être accordée est importante

Les véhicules de société représentent plus du tiers des nouveaux achats sur le marché automobile suisse.

Le commerce des flottes n’est pas populaire du point de vue des fabricants et des importateurs, car avec les soi-disant flottes, vous pouvez générer du volume, mais vous devez renoncer aux marges. Plus la flotte est grande, plus la remise doit être substantielle si vous souhaitez décrocher l’entreprise. Cependant, il peut être assez agréable de commander une voiture par téléphone ou par e-mail grâce aux contrats-cadres existants au lieu d’avoir à convaincre pendant des heures de votre engagement et vos besoins.

Pas de statistiques officielles

En moyenne, 280 000 à 300 000 voitures particulières neuves sont immatriculées en Suisse. Il y a actuellement un peu plus de 4,1 millions de ces véhicules sur la route – y compris les poids lourds et les véhicules utilitaires, environ 4,8 millions de «véhicules à moteur». Si ces derniers sont omis – un potentiel majeur pour la remise de la flotte – selon Auto-i-Dat, un fournisseur de données pour l’industrie automobile locale, un bon 500 000 voitures avec une carte d’identité de véhicule sans “anniversaire” sont enregistrées et donc clairement identifiées comme des voitures de société.

Il n’existe pas de statistiques officielles sur les voitures de société en Suisse – contrairement aux pays voisins. Et parce que Weko est très réticent à échanger des données entre entreprises concurrentes, il n’y a plus de système de reporting fiable au sein d’Auto Suisse, l’association des importateurs automobiles suisses. Certains importateurs se sont complètement désengagés de l’échange de données.

Si l’on suppose que les véhicules de société – dont l’expérience a montré qu’ils atteignent un kilométrage plus élevé que les voitures privées – restent en service pendant une moyenne de quatre ans avant le remplacement, le nombre de voitures de société en circulation se traduit par un volume annuel de plus de 125 000 unités, ce qui est vrai représente près de la moitié des immatriculations annuelles de véhicules neufs en Suisse.

Cela montre déjà l’importance des véhicules dits de flotte dans le commerce automobile local. Le fait est que les remises sur la flotte ne sont pas gérées de manière délicate en raison des surcapacités connues, selon la devise: vendu est vendu. L’essentiel est que les lignes de production des fabricants soient utilisées de manière optimale.

Flotte par définition

La remise de flotte signifie, selon la définition courante, qu’un client – avec une confirmation appropriée – utilise un certain nombre de véhicules pour son entreprise et a donc droit à un bonus de quantité. Un certain nombre de voitures sont proposées aujourd’hui avec des remises de flotte, qui, en y regardant de plus près, ne sont pas des véhicules de la flotte de l’entreprise, mais au mieux des véhicules qui servent ponctuellement aux collaborateurs pour leurs déplacements professionnels.

Ensuite, il y a un nombre impressionnant de voitures neuves qui sont calculées avec une remise d’entreprise, bien que l’utilisateur n’ait guère besoin du véhicule pour les activités commerciales, sauf pour les déplacements. Il existe également des contrats-cadres grâce auxquels l’ensemble du personnel peut bénéficier de remises progressives pour les entreprises. Tout est réuni chez le revendeur: une remise élevée et un grand nombre de conseils, au détriment de l’importateur de marque ou du revendeur. Pour le grand public, il est important de savoir que «remise fleet» et «rabais flotte» sont deux approches différentes, même si les affaires de calcul et de comptabilité sont pour la plupart jetées dans le même pot. Il ne peut être question de transparence. Mais c’est un problème qui regarde le distributeur, pas le client.

Il serait judicieux et transparent de définir le montant accordé par le garagiste dans une offre et, en outre, la remise de flotte accordée – et remboursée – par l’importateur, pour autant que celle-ci soit appliquée sur la base d’une réglementation établie par l’importateur.

Bien entendu, les flottes de véhicules importantes ne sont plus proposées et traitées par les concessionnaires locaux, mais plutôt directement par les importateurs. Les représentants de la marque responsables de l’après-vente n’ont qu’une commission de livraison. De nos jours, les grands opérateurs de flottes achètent parfois moins cher auprès des importateurs ou des fabricants que les représentants de la marque eux-mêmes. La libéralisation du marché en dit long, les petits sont laissés pour compte et l’ancrage local est de moins en moins sollicité.

Part de marché Bolt

Quoi qu’il en soit, le marché de la flotte est fortement contesté et offre des possibilités pour augmenter son volume. Le pourcentage de flottes est faible chez les Japonais. Cela a toujours été le cas et n’a pas grand-chose à voir avec les relations commerciales, mais plutôt avec le fait que les Japonais sont, à l’inverse, populaires auprès des clients privés. Et avec le fait que les importateurs de voitures japonaises soutiennent l’activité de flotte de manière moins agressive que les succursales des constructeurs européens. Les Coréens ont quant à eux annoncé un modèle économique plus agressif, notamment Hyundai.

Il y a eu un changement évident parmi les Européens vers des marques de prestige telles que BMW et Volvo et vers des marques dites économiques comme Skoda ou Dacia.

Jusqu’aux années 1990, Opel et Ford étaient les leaders dans le secteur des parcs automobiles, depuis lors, d’autres groupes, dont les Français, se sont davantage impliqués dans le secteur. Et VW, qui était plutôt réservé dans le secteur des flottes, est aujourd’hui non seulement en tête du classement des marques, mais est également représenté de manière disproportionnée dans le segment des flottes. Il en va de même pour les autres marques du groupe VW, plus récemment également pour Seat. Selon les sources d’information disponibles, le classement de la flotte suisse (y compris les voitures de location) 2012 se présente comme suit: 1ère Volkswagen, 2ème Renault, 3ème Audi, 4ème BMW, 5ème Skoda, 6ème Mercedes, 7ème Volvo, 8ème Ford, 9e Opel, 10e Peugeot.

Actuellement, seuls Ford, Opel et Peugeot ont tendance à avoir une part de marché plus petite parmi les flottes que sur le marché global, avec les autres, les ventes sont plutôt “lourdes”. Il y a quelques mois, la table inexistante semblait moins lourde pour Volkswagen. Cela signifie que les succursales européennes dirigées par les sociétés américaines Ford et GM ont subi des pertes, mais étaient plus susceptibles de conserver leurs clients privés. Ford occupe même la deuxième place sur le marché purement privé de la vente de voitures en Suisse.

Les Américains veulent gagner plus d’argent (ou perdre moins actuellement) par unité vendue après des années de pratique dans l’industrie pour réussir à générer des quantités.

Principalement Volkswagen et Renault ont pu reprendre les grandes flottes, chez Renault les géants de l’industrie Swisscom et Schindler sont particulièrement importants. Y compris les véhicules utilitaires, Fiat se glisserait dans le tableau grâce à la poste.

Audi, BMW, Mercedes et Volvo servent principalement des clients privés qui ont droit à des flottes (à travers leur employeur) et dont les cartes d’identité sont au nom du conducteur. En réalité, le segment de la flotte est beaucoup plus important que celui montré au début. Chez BMW, par exemple, les «leaders d’opinion» et les «VIP» sont considérés comme des propriétaires de flottes, chez Mercedes aussi, les particuliers ont droit à des flottes, à condition qu’un extrait du registre du commerce soit disponible.

Entre-temps, le parrainage est devenu un facteur essentiel du commerce automobile, caractérisé par des remises supplémentaires. Non seulement les meilleurs athlètes sont soutenus, mais leurs proches peuvent également bénéficier du contrat de parrainage, bien qu’à des conditions moins favorables. Les retours de location, pour la plupart jeunes, sont ensuite commercialisés de manière très professionnelle par le biais de centres régionaux d’occasion.

Les voitures de location incluses dans le classement représentent environ 6% des nouvelles immatriculations sur le marché global. Les succursales européennes des sociétés américaines entrent de plus en plus en jeu, ce qui a montré qu’il est possible de gagner des clients avec des voitures de location presque neuves si le commerce de véhicules d’occasion propose des voitures neuves attrayantes et disponibles rapidement. Dans l’intervalle, pratiquement tous les importateurs sont impliqués dans la bataille pour les flottes de voitures de location, y compris les marques de luxe qui se distinguent depuis longtemps; seuls quelques Japonais et Coréens résistent encore. Au sein de l’industrie, il est dit que ceux qui poussent les immatriculations de voitures de location sur le marché accéléreront la perte de valeur des voitures.

Récemment, il y a eu un développement dans l’activité flotte qui pourrait à nouveau mélanger la structure de la marque. Il n’y a guère de plus grande entreprise qui n’ait postulé une politique d’achat orientée émissions de CO2 pour le service achats. Il n’y a aucune limite à votre ingéniosité. Il n’y a pas deux entreprises avec les mêmes règles d’achat de véhicules.

politique CO2

Le fournisseur de kiosques européen Valora Retail à Muttenz, par exemple, emploie environ 500 personnes dans toute la Suisse. Les employés qui ont droit à une voiture parcourent jusqu’à 80 000 kilomètres par an avec le véhicule de l’entreprise. Jusqu’en 2009, les employés bénéficiant d’avantages sociaux (principalement la direction) étaient largement libres de choisir la voiture dans le cadre du budget, le personnel de terrain (besoin de voitures) pouvait collaborer avec un importateur dans le cadre d’un contrat global et dans le cadre du budget.

Ensuite, la réglementation de la flotte a été redéfinie, la flotte de voitures au budget maîtrisé à la Ford Focus Kombi 1.6 TDCi avec navigation, climatisation, système mains libres, radio / CD (catégorie d’efficacité énergétique A). Les propriétaires d’avantages peuvent utiliser librement le budget pour des marques moins nombreuses et clairement définies, mais les fonctionnalités intégrées ne doivent pas avoir un impact négatif sur les émissions de CO2 spécifiées.

Christian Grunder, responsable des achats d’entreprise, qui était alors responsable de la réglementation chez l’opérateur du kiosque, a été interrogé sur la façon dont la nouvelle politique sur les véhicules avait été reçue par les employés: «Nous savons que la voiture est un produit chargé d’émotion, c’est pourquoi nous avons gardé l’évaluation Balle à plat, a essayé d’éloigner le sujet de la piste émotionnelle. On peut dire que les employés ont bien résisté malgré la réduction des effectifs. »

D’autres propriétaires de flottes ont regroupé différentes conditions-cadres en un seul ensemble de réglementations. La redéfinition se concentre toujours sur les émissions de CO2, mais cela n’a pas encore eu pour effet de pouvoir rendre compte des flottes de véhicules électriques. Mis à part quelques fournisseurs d’électricité qui ont acheté des véhicules électriques pour des raisons d’image et les ont peints de manière visible, l’achat ou la location de voitures électriques n’est pas encore un problème.

La raison n’est pas seulement la gamme insatisfaisante des véhicules électriques. La Chevrolet Volt / Opel Ampera avec son prolongateur d’autonomie à essence pourrait être un pilote approprié pour les conducteurs fréquents si elle est configurée en conséquence – station de charge à la maison et / ou au travail. L’essentiel est que pratiquement tous les constructeurs automobiles concentrent leurs véhicules privés sur le marché privé parce qu’ils soupçonnent que les porteurs d’image de la nouvelle technologie sont là. Les vraies voitures de société sont avant tout des break pratiques avec une grande utilité et une longue portée.

Voitures électriques 

L’industrie automobile fait une erreur; Ceux qui offrent le premier e-combi abordable pourraient marquer des points dans le secteur de la flotte. Avec la Prius hybride, Toyota a réussi à atterrir dans certaines compagnies de taxi. Cependant, d’énormes progrès ont été réalisés dans l’essence et le diesel depuis l’émergence du problème du CO2. Après tout, les ingénieurs spécialisés doivent défendre leurs bastions. Nous allons donc continuer à être surpris par petites étapes avec des brûleurs écoénergétiques, et la fraction électrique doit faire attention à ne pas perdre la connexion.

Article traduit du site : nzz.ch

Grande importance du marché flotte en Suisse
4.9 (98%) 32 votes